Guadeloupe

2008: Cent soixantième anniversaire de l'abolition définitive de l'esclavage.

Merci Victor Schoelcher !

(1804-1893)

Buste du sculpteur Gilbert PRIVAT.

Homme politique français. Ayant voyagé aux colonies, il se fit l'apôtre de l'abolition de l'esclavage qu'il put faire aboutir le 27 avril 1848, alors qu'il était ministre de la Marine du Gouvernement Provisoire. Élu député de la Martinique à la Législative de 1849, proscrit après le 2 décembre, réélu en 1871, sénateur inamovible. Il appartint avant 1848 aux loges 'Les Amis de La Vérité', où il avait été initié au Grand Orient de France, et 'La Clémente Amitié' ; après l'exil, il fréquenta 'La Renaissance par les Émules d'Hiram', toutes loges à l'Orient de Paris.


Photos: 1 2 3 4 5

 

Lire le poème de Daniel Maximin


 


La Soufrière


Le Musée Du Rhum !

 


La Pointe des Châteaux

 

 


Une Plage à Grande Terre


 

Pensez à faire votre Marché !

 

 


Natale

 

Îles-désert,

ailes améries

pour ascendance.

Quatre continents pour se créer une île,

trois âmes caraïbes,

blancheur sauvage,

ébène saigné,

ponchée colombo.

La peau plus neuve de mémoire nue

 

Ici,

Les résidents semblent de passage,

la foule désertée,

la servitude splendide,

le paysage plus beau que le pays.

Terreau d'excès-d'abus,

de révoltes fauchées, de récoltes sans semer,

de persiennes trop étroites, de sèves effeuillées,

le destin bien caché derrière le fatalisme.

 

Mais la noirceur lucide du soleil

en bouclier d'écorce protège nos chairs à vie.

Esclaves en surface,

nous avons gagné en profondeur

la cale, et, les grands-fonds s'ancrent les dérives

trop neuves pour le bonheur. Nos jouissances improvisent

sauvant l'amour, même sans le partager.

Gardant le rythme même sans tambours.

Le Carême démasque les cendres d'hivernage

en réserve de rires pour l'avenir blessé,

et, les filles-mer émergent en îles caraïbes,

la clé de l'une entre les mains de l'autre,

le soleil battant, fier, sous la dentelle des jours.

Sorcières et sourciers,

sans sources ni boussoles,

nous avons raciné

l'illégale plantation de nos cœurs légitimes

en flèches de canne dressées contre les balles de coton.

 

Nous avons recouvert l'Amérique,

déshabillé les conquérants,

domestiqué le déracinement.

Nous avons inventé la révolte sans le ressentiment.

La patience volcanique, la puissance sans pouvoir, le marronage sans

chien.

 

Et

par nature sans faune sauvage,

nous cultivons à cœur le colibri,

pour édifier au monde son nid fragile et sûr:

Les Antilles

Îles battues

Îles combattues

Très belles

et

BÂTIES.

 

 

                                             Daniel Maximin